Lion au serpent

Le Lion au serpent est une sculpture dont le modèle en plâtre a été réalisé en 1832 par Antoine-Louis Barye, et présenté au Salon de 1833. Il est conservé au musée des beaux-arts de Lyon. Le bronze a été fondu en 1835 par Honoré Gonon par la méthode de la cire perdue. La sculpture, acquise par Louis-Philippe Ier, est haute de 135 centimètres, large de 178 centimètres, et profonde de 78 centimètres. Elle est exposée de 1836 à 1911 dans le jardin des Tuileries à Paris. Elle est ensuite transférée au musée du Louvre à Paris. Elle fait partie des collections du département des sculptures et porte le numéro d’inventaire LP 11841.

Bon… vous devez vous demander pourquoi je vous recopie tout cela de Wikipédia. Et bien, une des applications de l’impression 3D, est entre autres la reproduction d’œuvres d’art, à n’importe quelle échelle, dans différentes couleurs ou dans différents matériaux possibles. Pour réaliser une telle impression il faut tout d’abord partir d’un modèle 3D de l’œuvre d’art. Il faut savoir, que plusieurs Musées, comme par exemple le British Museum, propose de télécharger gratuitement une partie de leur œuvres sur le site Sketchfab. Et c’est notamment sur ce site que j’ai pu trouver le modèle 3D du Lion au serpent d’Antoine-Louis Barye.

Ces modèles ne sont pas à proprement dit dédiés à l’impression 3D, mais d’avantage à être utilisé pour la création 3D (films d’animation, ou effets spéciaux par exemple). Il est donc, au préalable, nécessaire de les convertir dans un format compréhensible par les logiciels d’impression 3D. Pour cela je suis passé dans une première étape par le logiciel FreeCAD. Le fichier du modèle 3D est au format .obj et FreeCAD n’a aucun problème pour l’ouvrir.

L’atelier « Mesh Design » de FreeCAD permet ensuite d’exporter le modèle au format .stl via l’option « Exporter le maillage ». Le fichier peut alors être ouvert avec le logiciel PrusaControl pour être imprimé. J’ai du cependant passer avant cela par le logiciel Slic3r. En effet je me suis aperçu que le dessous du modèle n’était pas parfaitement plat. Et cela aurait pu poser problème lors de l’impression. PrusaControl, qui n’est qu’en version beta, ne permet pas encore de couper la base de modèle pour les mettre bien à plat,  il a donc fallu passer par Slic3r, pour faire cela. Ensuite, enregistrer le modelé au format .stl et l’ouvrir dans PrusaControl.

PrusaControl permet ensuite de sélectionner les paramètres d’impression: filament en PLA de Prusa (j’ai choisi celui de couleur grise), conditions d’impression optimales (0.15mm afin d’avoir assez de détails), remplissage standard (20%), avec impression des supports (il en faudra inévitablement pour imprimer le dessous du lion). Ensuite on change l’échelle (x5) et on place et oriente le modèle sur le plateau d’impression. L’impression finale devrait faire un peu plus de 8 cm de haut, et le logiciel PrusaControl nous annonce une durée d’impression d’un peu plus de 13 heures et une utilisation d’environ 43m de filaments.

L’impression a pris en fait un peu plus de 15 heures et demi. Le nettoyage de la pièce: ôter les supports + nettoyer tous les petits défauts, m’a ensuite pris environ 45 minutes. Les différentes couches d’impression étaient plus ou moins visibles sur les parties lisses du loin. Après un sablage, un peinture après, et un nouveau sablage, ces couches d’impression n’était plus visible. Pour finir la pièce j’ai appliqué de couche de peinture Rust-Oleum de couleur bronze foncé.

Je m’attendais plus a obtenir une sorte de brun foncé avec une sorte d’effet martelé plus foncé (comme présenté), mais je me suis plutôt retrouvé avec une couler gris foncée. Le reste quand même très intéressant. Proche de l’original… mais en un peu plus petit. Pour mon prochain essaie je pense que je tenterai avec un extrudeur un peu plus petit, 0.25mm, au lieu du 0.4mm comme actuellement, avec d’essayer de faire ressortir un peu mieux les détails et de moins voir les différentes couche d’impression. Mais pour un premier essai… je sui quand même satisfait.

Un commentaire

  1. Tokyo
    29 juin 2017
    Reply

    Je suis impressionné . Pouvoir recréer des œuvres d’arts chez soi ? Et d’une telle qualité !! WoW bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *